BangBang : bangbangblog.com

Dans le ventre du dragon

Quand The Rock croise Miss March en plein Connecticut…

Jean-Nic Labrie
22 mars 2009

En vrac, quelques petits films que j’ai eu la chance de voir récemment…

**********************************
racetowitchmountain

Commençons avec ce superbe chef d’oeuvre produit par un tout petit studio indépendant, à peine connu, Disney.

Jack Bruno, joué par le lutteur Dwayne Jonhson AKA The Rock, est un chauffeur de taxi de Las Vegas au passé douteux, qui prend à son bord deux blonds gamins aux visages angéliques qui déclarent venir d’une autre planète. Dotés chacun de superpouvoirs paranormaux, ils ont comme mission de sauver la Terre d’une apocalyptique destruction, pour ensuite tourner les talons et retourner là d’où ils viennent.

racew2

Cependant, leur bref passage sur Terre ne se fera pas sans heurts, les deux mômes intéressent grandement le méchant gouvernement américain, qui veut procéder à des expériences scientifiques précises sur les ados. Commence pour Bruno et les enfants une course folle vers Witch Mountain, un lieu situé en plein coeur du désert du Nevada, réputé pour être le théâtre de phénomènes inexpliqués…

race

Ce film d’aventures pour toute la famille se veut un remake du classique Escape to Witch Mountain, paru en 1975. Comme je le mentionnais plus haut, voilà un film produit par les studios Disney, avec tous les aléas d’une telle entreprise peut engendrer : dans ce cas-ci, on retrouve évidemment tous les ingrédients pour un potentiel succès au box-office : histoire touchante, humour bon enfant et familial, un soupçon de magie et une performance d’acteurs au poil. Même The Rock passe super bien à l’écran…

Malgré des effets spéciaux parfois peu convaincants et de légers trous dans le scénario, je dois avouer avec honnêteté, que j’ai passé quand même un bon moment. Mais bon, il faut quand même que je mentionne que j’ai été acheté (à fort prix dois-je préciser) par les bonzes de Disney, et que The Rock m’a menacé de me faire la prise du p’tit paquet si j’osais écrire un mauvais papier sur son film.

*********************************************
missmarch

Prochaine vue : une pub à peine déguisée pour le magazine Playboy…

Tucker et Eugene sont deux amis aux personnalités pour le moins opposées : Tucker est un hyperactif obsédé sexuel notoire, abonné au magazine Playboy depuis l’âge de treize ans, alors que Eugene est plutôt du type romantique, lui qui n’a jamais voulu faire l’amour avec sa copine avant d’être officiellement marié.

missmarch2

Lors du bal de graduation, Eugene décide d’enfreindre ses beaux principes, et décide finalement de coucher avec sa petite amie…Malheureusement pour lui, juste avant l’heure J, il fera une chute dans un escalier, et tombera dans un profond coma de quatre ans. À son réveil, Eugene apprend que celle avec qui il devait perdre sa virginité est devenue modèle pour la revue Playboy. Avec l’aide de son fidèle ami Tucker, il se rend au manoir de Hugh Hefner en Californie, où réside la jeune femme, dans l’espoir de la reconquérir….

missmarch3

Vous aurez évidemment compris qu’avec cette énième comédie pour ados attardés, on est très loin de la subtilité d’un Woody Allen. À des années-lumière même.

Vulgaire, de mauvais goût et 100% puérile, cette boutade à la American Pie et autres Pineapple Express contient néanmoins plusieurs gags qui font mouche, malgré la débilité évidente de l’ensemble. Reste qu’on a affaire à un triste sous-produit, et qu’en sortant de ce film, on a hâte au prochain Judd Apatow.

******************************************
the_haunting_in_connecticut_poster

Dernier film et non le moindre : un film d’horreur frustrant !

Atteint d’un cancer, le jeune Matt Campbell emménage au Connecticut avec sa famille, tout près de la clinique dans laquelle il doit y subir ses traitements. Rapidement, Matt constate que leur nouvelle demeure victorienne cache un passé troublant : non seulement la maison fut jadis un ancien dépôt mortuaire où de terrifiantes expérimentations ont déjà eu lieu, mais il se trouve que le jeune Matt se veut un canal pour le moins efficace, entre les esprits démoniaques qui hantent la maison, et le monde réel…

the-haunting-in-connecticut-20090217104511741_640w

Même si le compétent réalisateur Peter Cornwell a bien fait ses devoirs (son thriller renferme plusieurs clins d’œil aux classiques du genre, notamment à The Shining, aux Birds et à l’inévitable Exorcist), reste qu’on est encore loin d’un Polanski ou d’un Hitchcock.

Effectivement, ces grands cinéastes de genre avaient la chance de pouvoir travailler avec des scénarios admirables, ce qui n’est malheureusement pas encore le cas de Cornwell. Inspiré de faits réels, The Haunting of Connecticut opère assurément dans sa livraison factuelle, d’une belle qualité, mais la confusion de son scénario vient en partie gâcher l’ensemble, qui aurait certes mérité un meilleur sort. On lui pardonne même certains clichés, comme les inévitables effets-choc qui font faire le saut alors qu’il n’y a même pas de quoi foutre la pétoche. De grâce, cessez cela. Même ma grand-mère trouve ça risible.

Une demi-réussite, en somme…et c’est bien dommage.

Cela dit, le type a du talent, aucun doute la-dessus, et fait à mentionner, son court-métrage Ward 13 a remporté le premier prix pour le meilleur court-métrage à FanTasia en 2003.

********************************************

Dans mon prochain billet, je vous ferai part de mes prédictions pour La soirée des Jutra, qui se tiendra le dimanche 29 mars prochain. Et peut-être que j’aurai la chance de voir Grande Ourse, avant sa sortie de vendredi.

D’ici là, polluez donc Facebook de vos Top 5…

Pas encore de commentaire.

Dans le ventre du dragon

Jean-Nic Labrie

Parce que le ciné c'est aussi Marcel Leboeuf, Christophe Lambert, Jeff Goldblum et Yahoo Serious.

À propos de Jean-Nic Labrie

RUBRIQUES