BangBang : bangbangblog.com

Dans le ventre du dragon

Petites observations en vrac, vol.I

Jean-Nic Labrie
15 mai 2009

Quelques commentaires sur des films que j’ai regardé dans les dernières semaines…

****************************************************
DE L’HORREUR À L’ITALIENNE…
****************************************************

SUSPIRIA (Dario Argento, 1977)

suspiria1

Je m’en confesse ; je n’avais jamais rien vu d’Argento. J’vous le jure. J’ai donc commencé par le commencement, avec ce classique, l’introduction idéale à ce grand cinéaste. Mise à part quelques longueurs, j’ai adoré. La photo colorée et les décors baroques sont absolument superbes, la trame sonore de Goblins est efficace à souhait, et la scène d’ouverture est vraiment excellente. Je suis fan.

Voici la bande-annonce, pour les néophytes…

HOUSE BY THE CEMETARY (Lucio Fulci, 1981)

house

Une déception, après une bande-annonce prometteuse. L’acting en général est très ordinaire. Par contre, les dernières 20 minutes sont pas mal cool : c’est sale, monstrueux, et avoir vu ce film étant gosse, jamais j’aurais remis les pieds dans le sous-sol de la maison. La trame sonore, même si elle est bonne, a plutôt mal vieilli. En conclusion, c’est pas le meilleur Fulci.

Un extrait…

LA RAGAZZA CHE SAPEVA TROPPO (v.a : The Girl Who Knew Too Much) (Mario Bava, 1963)

la-ragazza

Ce film en noir et blanc est considéré comme étant l’oeuvre fondatrice du genre italien giallo (jaune, en italien). C’est un film absolument impeccable, à tous les niveaux : l’ambiance feutrée empruntée au film noir est très bien maîtrisée, le suspence réellement efficace…Sans parler de ce sentiment d’inquiétante étrangeté qui habite le film d’un bout à l’autre. Un film à l’ancienne qui s’écoute encore très bien aujourd’hui.

La bande-annonce…

CANI ARRABBIATI (v.a : Rabid Dogs) (Mario Bava, 1974)

rabiddogs

Qu’est-ce que ça vaut, quand Bava donne dans le thriller psychologique ? Ça donne un crisse de bon film. Imaginez le genre de mise en scène à la Québec-Montréal (pour les prises de vues en auto sur l’autoroute on s’entend…), et rajoutons le kick d’un vrai bon thriller qui donne le frisson. Bava se réinvente ici, sans se dénaturer. Une bonne mise en scène, un excellent montage qui ajoute à la tension, et une histoire d’horreur qui s’en prend au cerveau. Bava, c’est un grand cinéaste.

Pour vous convaincre de le regarder…

****************************************************
VIVE LA FRANCEUH !!
****************************************************

DIVA (Jean-Jacques Beineix, 1981)

diva1

Le cinéma français, dans les années 60-70, c’était bavard. Au tournant des années 80, on s’est mis à faire parler les cadres, les images, la musique…Diva, c’est l’exemple parfait de tout cela. Le film avait créé une véritable onde de choc à sa sortie, et il est rapidement devenu un film-culte. Une grande bande dessinée pour adultes. À voir, absolument.

Une scène d’anthologie…

SUBWAY (Luc Besson, 1985)

subway

La quintessence commerciale de ce «nouveau cinéma» français, axé d’abord sur le visuel et l’image. Pas un grand film, mais vaut la peine d’être (re)vu, ne serait-ce que pour ses acteurs, réunis ici dans un bouquet fort impressionnant (Lambert, Anglade, Reno, Bohringer, Adjani, Bacri, Bouise, Galabru…). Besson fut véritablement lancé avec ce film kitsch. Moi je l’aime.

Viens-tu danser, un beau grand slow…

37°2 le matin (Jean-Jacques Beineix, 1986)

37-2-le-matin-1986-12-g

WOW ! Un film qui s’est glissé dans mon top 5 des «films les plus mémorables que j’ai eu la chance de regarder de toute ma vie». Un genre de road-movie en plein coeur de la passion amoureuse, qui pogne aux tripes, qui fait mal, qui fait sourire aussi. Des personnages tellement forts, livrés par des acteurs formidables. Pour vivre l’expérience jusqu’au bout, je vous conseille la version intégrale du réalisateur, qui vous clouera sur votre sofa pour un bon gros 3 heures, top chrono. Mais quel beau voyage…

Béatrice Dalle qui pète un câble…

****************************************************

Le deuxième volume de ces «Petites observations en vrac» viendra sous peu…

Un commentaire
  • Kristof G.
    17 mai 2009

    De Fulci, ceux que tout néophyte DOIS se taper sont L’Aldila (L’Au-Dela / The Beyond – son meilleur), Zombie (AKA Zombi 2 – avec une pissante bataille entre un zombie te un vrai de vrai requin!) et City of the Living Dead (AKA The Gates of Hell – dans lequel un fille vomit longuement ses entrailles… un classick). Et The New York Ripper, tant qu’à y être (un sleazy giallo, avec un tueur qui se prend pour Donald Duck, sérieux).

Dans le ventre du dragon

Jean-Nic Labrie

Parce que le ciné c'est aussi Marcel Leboeuf, Christophe Lambert, Jeff Goldblum et Yahoo Serious.

À propos de Jean-Nic Labrie

RUBRIQUES