BangBang : bangbangblog.com

Dans le ventre du dragon

Mort de Patrick Swayze : Bodhi va me manquer…

Jean-Nic Labrie
15 septembre 2009

patrickswayze

J’aurais pu parler de Red Dawn, Youngblood, Dirty Dancing ou Road House, tous des films qu’on louait mes potes et moi au dépanneur Mado de St-Germain de Grantham, mon patelin campagnard de 4000 âmes près de Drummondville. Ces films ont marqué mes années de ti-cul, c’est clair.

Ou alors Donnie Darko plus récemment, un film qui faisait tripper mes confrères collégiens.

Mais mon film fétiche mettant en vedette Patrick Swayze, ça reste bien évidemment Point Break, un film remarquable à mes yeux. Un divertissement intelligent, un classique du genre.

Pré-pubère, je rêvais de faire partie des «Anciens Présidents» ; pas pour le surf, mais pour les casses. Pour ma part, c’est avec un masque de René Lévesque que je me voyais.

Le personnage que Swayze interprétait dans le film, Bodhi Salver (on le prononce à la française, car comme disait mon pote Péloquin, «la traduction française du film est délicieuse»), c’était un peu le cousin plus vieux et tellement cool, le type qu’on admirait parce qu’il avait toujours des histoires démentes à nous raconter, la gueule de rock star, et le charisme qu’il fallait pour impressioner les ti-moxes.

Le genre de mec qu’on aurait aimé avoir comme gardien les soirs de fins de semaine, quand le père allait à la bière ou aux femmes, question d’essayer de refaire sa vie.

J’ai jamais revu Swayze dans un film aussi fort que celui-là par la suite. Reste que ce film fut d’une importance capitale, car c’est dans Point Break que Swayze a remis le flambeau de la nouvelle belle gueule hollywoodienne à Keanu Reeves, le Johnny Utah, le jeune loup affamé, celui qui allait avoir les plus beaux rôles.

T’étais hot mon Pat. Repose en paix.

Pas encore de commentaire.

Dans le ventre du dragon

Jean-Nic Labrie

Parce que le ciné c'est aussi Marcel Leboeuf, Christophe Lambert, Jeff Goldblum et Yahoo Serious.

À propos de Jean-Nic Labrie

RUBRIQUES