BangBang : bangbangblog.com

Dans le ventre du dragon

12e soirée des Jutra : prédictions d’un gars de travers (AJOUT POST-GALA)

Jean-Nic Labrie
27 mars 2010

AJOUT

Hum.

Je suis un peu débouté. J’ai tué ma mère. Vraiment ??

Le meilleur film québécois de 2009 selon moi, Demain, a été complètement ignoré des Jutra cette année. Zéro. Normal, il est resté 2 semaines en salles, seulement à Montréal (et peut-être au Clap à Québec aussi, je ne sais pas). J’exagère à peine, mais on doit être 100 à l’avoir vu. L’année dernière, À l’ouest de Pluton, que j’avais adoré, avait connu le même sort. Zéro. Criffe c’est quoi le problème ?

J’ai rien contre Dolan là. Même que ma critique à l’époque est très correcte. Je trouvais que la hype était ridiculement démesurée, et que certains journalisses (un beau bonjour à Cassivi et Diaz entres autres) en beurraient pas mal trop épais à mon goût. Mais vraiment trop là.

Calmez-vous, que diable. C’est un premier jet prometteur, je lui dit bravo et le salue, mais bordel…Ça ne mérite pas la récompense ultime, franchement.

Je ne suis pas d’accord avec cette décision. Et comprenez-moi bien ; je ne dis pas que Maxime Giroux, Denis Côté ou même Rafaël Ouellet auraient dû avoir leur place dans les catégories de pointe (c’est sûr , leurs films restent le temps d’une chanson en salles, et un film d’auteur n’est pas nécessairement un gage de bon film), je n’ai pas vu non plus Before Tomorrow qui probablement soulageait la conscience de l’Académie quant à l’ignorance des Jutra par rapport à un cinéma québécois plus hermétique…Dolan lui-même l’a dit quand il a ramassé ses prix, il ne sait pas si on a été véritablement honnête à son endroit.

Je dis que le meilleur doit gagner, tout simplement. Et J’ai tué ma mère, ce n’est pas vrai que c’est le meilleur film de l’année 2009 au Québec. Marc-André Lussier, critique cinéma de La Presse (et que j’aime beaucoup), pense à peu près la même chose que moi d’ailleurs.

Bravo néanmoins à tous les gagnants.

* * * *

TEXTE ORIGINAL PRÉ-GALA

C’est Ti-Pat L’Écuyer qui se chargera de nous faire oublier les affreux Jutra de l’an dernier, animée alors par la DJ d’un soir (?!?) Karine Vanasse.

Un gala pas facile à animer (parlez-en à Huard), c’est sûrement pour cette raison que Radio-Cadenas a fait appel à lui. Il faut quand même le reconnaître, avec les années, Ti-Pat est devenu un superbe animateur, à défaut d’être un entertainer de première. Attendons-nous à un gala dans les règles de l’art donc, sobre, chic et de bon goût, à l’image de l’animateur finalement.

Hônnement, m’en fout pas mal, en autant que ça ne soit pas aussi plate que l’année passée !

Quand j’y pense, ce n’est sûrement pas grâce à la visibilité inexsistante de L’Écuyer au cinéma en tant qu’acteur qu’on est allé le chercher : la preuve, sa dernière apparition au cinéma remonte à 1996, dans le film L’homme idéal. Bof.

* * * * * * * *

Donc.

J’avais envie moi avec, de jouer au petit jeu des prédictions. Même si j’ai vraiment pas trippé sur notre année 2009 en cinéma. Et que je n’ai pas tout vu, évidemment.

J’ai quand même vu les principaux films kèb cette année.

Voici mon tableau de chasse.

Meilleur film
• 1981
• Before Tomorrow (Le Jour avant le lendemain)
• Dédé à travers les brumes
• J’ai tué ma mère
• Polytechnique

Choix : Difficile à dire tellement ces quatre films (comme 99,9% de la population québécoise je n’ai pas vu Before Tomorrow) m’ont laissé plutôt de glace en général. Au risque de me répéter, pas une grosse fournée cette année. Des quatre films donc, je peux affirmer que Dédé est celui que j’ai trouvé le moins plate, malgré le fait que j’ai pas vraiment trippé sur le film. Et ok, je l’admets, j’ai jamais été fan des Colocs. Quoique ça pas rapport avec le fait d’aimer le film ou non. Whatever !

Prédiction : Les Jutra nous ont déjà habitués à des surprises avec les années. Rappelez-vous Québec-Montréal et Continental. Par contre, j’ai comme l’impression que c’est Polytechnique qui va partir avec la quincaillerie du Meilleur film. Même si moi, j’ai trouvé que de faire un film en noir et blanc pour ne pas esthétiser une tuerie, c’est au contraire l’esthétiser, justement.

Meilleure réalisation
• Marie-Hélène Cousineau et Madeline Piujuq Ivalu (Before Tomorrow)
• Xavier Dolan (J’ai tué ma mère)
• Jean-Philippe Duval (Dédé à travers les brumes)
• Ricardo Trogi (1981)
• Denis Villeneuve (Polytechnique)

Choix : J’aime ça le rétro. Et je trouve que Trogi, c’est un bon réalisateur. Le problème de son 1981, c’est selon moi son scénario, trop anecdotique. Trogi ne gagnera pas, mais quand même, j’ai aimé la job de reconstitution d’époque de son film, et il a bien dirigé ses (jeunes) acteurs.

Prédiction : Ça devrait être Villeneuve. Dolan, personne ne doute de son front de beu, reste qu’il a encore des croûtes à manger avant d’aspirer à ce prix. Duval, sa réalisation est à mes yeux trop flatte. Pour la supposée sobriété de son travail et de son approche, Denis partira avec le trophée.

Meilleur scénario
• Xavier Dolan (J’ai tué ma mère)
• Jean-Philippe Duval (Dédé à travers les brumes)
• Bernard Émond (La Donation)
• André Forcier et Linda Pinet (Je me souviens)
• Ken Scott (Les Doigts croches)

Choix : J’ai pas vu les films de Émond, Scott et Forcier. Forcier justement, je ne suis pas un fan, mais j’admire le fait que ce gars-là, il a son style qui lui est propre. Ses films ne ressemblent à rien d’autre qu’à du Forcier. Même si je l’ai pas vu son p’tit dernier, je lui donne le prix. Haha !

Prédiction : Le dilemme. On donnes-tu des prix aux gens qu’ils les méritent, ou alors, on les donne à ces mêmes gens qui, à défaut de s’être rendus dans les grosses catégories, doivent quand même partir avec un ti-trophée de consolation à peine déguisé pour ne pas faire de pei-peine à personne ? Hum. Moi je les donne à ceux qui les méritent, c’est tout. Bernard Émond, même si sa croisade contre le cinéma de divertissement m’a autrefois hérissé (je suis parfois plus pop que le pope), devrait gagner ce prix-là.

Meilleur acteur
• Jean-Carl Boucher (1981)
• Michel Côté (De père en flic)
• Normand D’Amour (5150, rue des Ormes)
• Xavier Dolan (J’ai tué ma mère)
• Sébastien Ricard (Dédé à travers les brumes)

Choix : Sébastien «André Fortin» Ricard. Qui d’autre ?

Prédiction : Batlam.

Meilleure actrice
• Céline Bonnier (Je me souviens)
• Anne Dorval (J’ai tué ma mère)
• Marie-Thérèse Fortin (Les Grandes Chaleurs)
• Isabelle Guérard (Détour)
• Élise Guilbault (La Donation)

Choix : Ça va se jouer entre Dorval et Guilbault. Anne Dorval, est bonne. Anne Dorval, je l’aime.

Prédiction : Élise Guilbault, est forte là….

Meilleur acteur de soutien
• Norman Daneau (Suzie)
• Maxim Gaudette (Polytechnique)
• Rémy Girard (De père en flic)
• Stephen McHattie (The Timekeeper)
• Dimitri Storoge (Dédé à travers les brumes)

Choix : C’est quand même serré, cette catégorie. J’avoue que McHattie, qui joue dans 2012 en passant, yé tight en cibole dans le film plate de Bélanger, Timekeeper. Storoge, qui joue le rôle de Pat Esposito dans le film sur Dédé, est super émouvant (javais la gorge nouée dans la scène ou tout le groupe est autour de lui au moment où il meurt). M’a y aller avec le Frenchie tiens.

Prédiction : Au risque de me répéter, McHattie, qui jouait le coach de Roy Dupuis dans Maurice Richard en plus de jouer dans 2012 (j’ai adoré en passant), yé vraiment, vraiment tight…

Meilleur actrice de soutien
• Sandrine Bisson (1981)
• Hélène Bourgeois-Leclerc (Je me souviens)
• Bénédicte Décary (Dédé à travers les brumes)
• Fanny Mallette (Grande Ourse : la clé des possibles)
• Sonia Vachon (5150, rue des Ormes)

Choix : J’aime beaucoup Sandrine Bisson. Je l’avais adoré dans Le Nèg’, c’est elle qui jouait la danseuse que le personnage de Robin Aubert se pognait. Même si elle passe son temps à crier dans 1981, c’est une bonne actrice.

Prédiction : Bénédicte Décary, elle a un bel avenir devant elle. Cependant, je l’ai trouvé poche dans Dédé. Fanny Mallette est toujours bonne, mais le passage de la télé au cinéma n’a pas été fructueux pour Grande Ourse. Ça va donc se jouer entre Bisson et Sonia Vachon, qui paraît-il, est ben ben bonne dans 5150 rue des Ormes.

* * * * * *

Alors.

Ça voudrais-tu dire ZÉRO prix pour Dolan ça ? Rappelons qu’aux prix Genie, même si son film avait été choisi pour représenter le Canada aux derniers Oscars, J’ai tué ma mère a complètement été ignoré de la course. Et je souhaite également bonne chance à une ancienne collègue de l’UQAM, Anne Émond, dont le court-métrage L’Ordre des choses est en nomination dans la catégorie du Meilleur court ou moyen-métrage.

Have fun.

3 commentaires
  • Philippe D
    28 mars 2010

    Je me souviens, c’est bon. La réal est très forte. Ça part un peu en couille vers la fin, mais c’est le problème de Forcier, à ce qu’on dit, ses fins…

  • Anne-Marie
    29 mars 2010

    C’est bien tes billets, merci, mais est-ce vraiment nécessaire de sacrer ?

  • Jean-Nic Labrie
    29 mars 2010

    @Anne-Marie

    Sûrement pas, non… :)

Dans le ventre du dragon

Jean-Nic Labrie

Parce que le ciné c'est aussi Marcel Leboeuf, Christophe Lambert, Jeff Goldblum et Yahoo Serious.

À propos de Jean-Nic Labrie

RUBRIQUES