BangBang : bangbangblog.com

Dans le ventre du dragon

Fantasia 2010 : une grosse semaine en perspective

Jean-Nic Labrie
19 juillet 2010


La Meute : une curiosité française à ne pas manquer.

MONTRÉAL – Les festivaliers fanas de ciné de genre doivent être aux anges ; cette semaine qui s’amorce aujourd’hui est probablement la plus intéressante de cette 14e édition de Fantasia, votre festival de films préféré à Montréal.

Alors, appréciez-vous votre festival jusqu’à maintenant ? Je dois dire bien humblement que j’aurais aimé en profiter davantage. Mais que voulez-vous, comme je n’ai pas encore acquis le don d’ubiquité, je ne pouvais pas pratiquer avec mon groupe et aller voir Mutant Girl Squad en même temps, et aller chanter Marie-Stone d’Éric Lapointe dans un karaoké de camping loin d’ici, et regarder The Disappearance of Alice Creed avec un troisième oeil que je n’ai malheureusement pas.

Juste un bref retour sur ma fin de semaine ; mon frère François-Michel, qui vient de fêter ses 27 balais, nous a invité mes potes et moi à aller fêter ça dans un camping à St-Célestin, pas très loin de Trois-Rivières. Samedi soir, c’était la soirée karaoké, et entre les My Way, Compagnie Créole, I’m a gigolo et autres Wish you were here, je suis allé chanter du Éric Lapointe, devant cette foule de campeurs dont la moyenne d’âge frisait les 50 ans minimum. Des gens cependant fort sympathiques, cela dit.

Marie-Stone, c’est ma meilleure d’Éric. Un bon rock, parfait pour du karaoké. Mais peut-être pas dans le contexte dans lequel j’étais. Pas grave, j’ai eu du fun pareil. Une campeuse d’une vingtaine d’années est venu me voir pour que j’aille chanter d’autres tounes d’Éric. Malheureusement, n’eut été de son douchebag de copain et de la moufette capillaire qu’elle avait sur la tête, je m’aurais essayé avec Un beau grand slow. Juste pour elle.

Ça sera pour la prochaine fois.

Mon chum Phil (en passant, il a un blog) a fait un tout un hit avec son Il suffirait de presque rien de Reggiani. Les matantes l’ont trouvé pas mal cute. Un tombeur de ces madames, ce Daigle ! Mon frère aussi a cartonné, avec J’entends frapper et On the road again.

J’aurais dû m’écouter et me lâcher lousse avec Laisse-moi t’aimer. Prochaine fois, je dis…

* * * * * *

Tout ça pour dire que j’étais trop scrap pour aller voir Accident dimanche soir, film hong kongnais qui avait l’air pas mal intéressant. Bah, je me reprendrai, c’est pas plus grave. Et je compte bien le faire cette semaine, le menu de fin de soirée étant particulièrement alléchant.

Voici d’ailleurs ce que votre humble narrateur surveillera de près :

THE DEVILS (Lundi le 19, 22h, Théâtre Hall)

Film-culte de 1971, réalisé par le légendaire Ken Russell, à peu près introuvable en DVD ou en VHS il paraît. Russell sera présent, on lui remettra un prix honorifique pour l’ensemble de sa carrière. Le film traite de religion, l’inquisition et de sorcellerie sur fond de vérité historique, nappé de violence et d’érotisme. J’ai hâte.

LA MEUTE (Mardi le 20, 19h50, Théâtre Hall)

J’aime bien quand la France fait du ciné de genre. Laugier, Aja, Claire Denis, Marc Caro…Franck Richard, un petit nouveau venu de Belgique, nous offre ce truc qui a l’air plein de clichés, mais amusant quand même. Projeté à Cannes cette année, hors-compétition.

[•REC]² (Mardi le 20, 22h05, Théâtre Hall)

[•REC], présenté il y a deux ans, a fait un gros gros hit à Fantasia. J’avais été le voir deux fois. Voici donc la suite, qui débute exactement 15 minutes après la fin du premier. Pour vous dire la vérité, je ne m’attends pas à grand-chose, mais qui sait, peut-être serions-nous surpris ? J’ose espérer, mais bon…

RED, WHITE & BLUE (Mercredi le 21, 22h, Théâtre Hall)

Alors là, je suis très curieux ; les rumeurs sont très favorables envers ce thriller américain, qualifié de «film de vengeance slacker à mi-chemin entre Larry Clarke et Wes Craven» un peu partout sur le Web. On jugera par nous-mêmes ! Remarqué au festival de Rotterdam et à South by Southwest (SXSW), Red White & Blue serait peut-être la carte cachée du festival cette année, le Let the right one in de 2010 à Fantasia.

SYMBOL (Jeudi le 22, 22h10, Théâtre Hall)

Mon choix de cette année, dans la catégorie «Délire du Japon». Ils ont le don de nous faire faire tout un voyage. Je m’attends à perdre le cap quelque part à la 45e minute quand même.

* * * * *

Bon, c’est l’heure de me mettre de l’aloès. J’ai pogné un coup de soleil sur les orteils (?!). On se reparle quelque part cette semaine.

2 commentaires

Dans le ventre du dragon

Jean-Nic Labrie

Parce que le ciné c'est aussi Marcel Leboeuf, Christophe Lambert, Jeff Goldblum et Yahoo Serious.

À propos de Jean-Nic Labrie

RUBRIQUES