BangBang : bangbangblog.com

Dans le ventre du dragon

Christophe Lambert, mon héros…

Jean-Nic Labrie
23 octobre 2010


Christophe en 1995, à l'époque de «Mortal Kombat»

En faisant une petite recherche de rien du tout dans les Internets, on se rend compte qu’il existe plusieurs Christophe Lambert connus. Tous des Français.

Il y a Christophe Lambert, écrivain de science-fiction. Jamais rien lu de lui. Christophe Lambert le publicitaire, très connu dans sa famille. Christophe Lambert, le footballeur au FC Lucerne, et Christophe Lambert, le champion de France de billard anglais.

Cependant, de tous ces Christophes, celui qui m’intéresse le plus, c’est bien sûr Christophe Lambert, l’acteur. Le chum de Sophie Marceau, Tarzan en personne. Et surtout, surtout, Lambert, c’est le Seigneur Rayden, dieu de l’orage dans la mythologie japonaise, personnage central de la série de jeux vidéos Mortal Kombat, adaptée au cinéma en 1995.

* * * *

Mes collègues de travail français me trouvent bien drôle ces temps-ci. J’vous explique rapidement pourquoi ; lorsque je ne suis pas en train d’hiberner, de regarder plusieurs films douteux ou en train de bloguer par ici, je gagne mon pain en bossant dans une firme de recherche commerciale, terme poli pour dire «standard de téléphonistes». Ce qui a de bien dans ce boulot, c’est que les employés peuvent employer un pseudonyme de leur choix lorsqu’ils placent des appels.

Ce que je fais depuis plusieurs semaines déjà. J’aurais pu choisir «Scott Pilgrim», «Dirk Diggler», «Frank Black» ou alors «Luc Picard» ; vous savez, j’ai un petit côté cabotin, je voulais un pseudo comique qui déstabilise pendant 2-3 secondes. Un truc qui se peut, de plausible, quoi ; j’étais pas pour choisir «Frédéric-Alexandre Marchessault de La Durantaye, le 3e du nom» quand même. Quoique.

J’ai donc opté pour «Christophe Lambert». Le pire, c’est que ça aurait pu être, dans un concours de circonstances incroyables, mon vrai nom ; ma mère, c’est une Lambert. Et Christophe, je pense qu’elle aimait ça, dans le temps. Mais au début des années 80, les prénoms composés ont explosé, ça faisait différent. Je me suis donc ramassé avec un «Jean-Nicolas». Au lieu d’un Jean-Christophe, mettons.

Pourquoi ne pas avoir «Jean-Nicolas Verreault» comme pseudo, alors ? Parce que c’est poche, comme nom.

* * * *

Christophe Lambert, donc. Comme je disais, les Français au turbin trouvent tous ça très drôle quand ils m’entendent m’appeler comme cela. Mais pourquoi donc ?

Je me suis posé la question.

Serait-ce peut-être parce qu’il est devenu un gros naze dans son pays, et que je ne suis pas encore au courant ? Je ne sais pas, en fait. Faut avouer que ça fait longtemps que le beau Christophe n’a pas fait un hit. Et qu’il connaît une drôle de carrière, ce Lambert.

J’ai donc lu sur lui…J’étais curieux. Merci, Wikipédia. Je me permets donc de le brosser.

D’abord, je ne savais pas que le mec est natif des USA ; il vient d’un petit village qui s’appelle Great Neck, sur la rive-nord de Long Island, tout près de NYC. Vous vous rappelez du remake du film Hairspray, avec John Travolta en femme ? Bon, la comédienne qui fait sa fille, Nikki Blonsky, vient de la même place. Haha ! On s’en crisses-tu.

*Grégory Charles, George Dor et l’ancien joueur du Canadien Yvon Lambert (qui est mon oncle et parrain, je confirme la rumeur) viennent tous de mon bled. Et vous ? Y’a tu du monde connu qui vient de votre patelin ?

Après quelques petits rôles mineurs, il devient une star mondiale en 1984, en étant choisi parmi une centaine de candidats pour interpréter Tarzan. Ça serait chien qu’on se rappelle de lui uniquement pour ce rôle.

En 1985, Luc Besson (un de mes favoris, je ne déconne pas) le choisit pour Subway. La même année, il remporte le César du meilleur acteur. On se souvient encore de sa chevelure spikée et bleachée. Épine, dans sa phase punk avant de tomber enceinte, s’est visiblement inspiré de son look.

En 1986, il devient Connor MacLeoad, et côtoie Sean Connery dans Highlander. Le film connaît 4 suites, Lambert participera à 3 d’entre elles.

Vers la fin des 80s, il tourne avec Marco Ferreri (I love you, 1986), et Michael Cimino (The Sicilian, 1987). Pas des deux de piques, ces gars-là quand même. En plus, en ’88, il se marie avec l’actrice Diane Lane, une fort jolie femme, que moi-même j’aurais épousé. Un autre point en commun entre lui et moi.

En 1992, il fait équipe avec Philippe Noiret dans le polar Max et Jérémie, réalisé par Claire Devers. Noiret fait un tueur à gages qui devient chummy-chummy avec Lambert, une petite frappe qui a été engagé pour le supprimer. Vous avez déjà vu ça ? Même pas à Télé-Québec ? Bon en maudit.

En 1993, on le voit dans un film mémorable ; le légendaire Stuart Gordon l’embauche pour Fortress, un film de sci-fi qui se passe dans une prison, avec aussi Kurtwood «Clarence Boddicker-That 70s show» Smith, et Jeffrey Combs, l’acteur fétiche de Gordon. Fait longtemps en crisse que j’ai pas vu ça. Dans mes souvenirs, c’était fucking bon. Lambert a même joué dans la suite, en 1999.

En ’95, miracle. On adapte Mortal Kombat en film. Je capote, c’était mon jeu favori dans le temps. Je trippais sur Sub-Zero, et sur la musique techno dans la bande-annonce, disponible ici d’ailleurs.

Lambert y joue Rayden, le personnage que personne prenait, et je me rappelle, Anne-Marie Losique l’avait interviewé à l’époque, pour son émission Box-Office, à M+. Il avait accepté le rôle parce qu’il aimait «la trame narrative». Est-ce que c’est à ce moment que mon Christophe avait débuté son processus de ramollissement ? Mortal Kombat, réalisé par le tâcheron Paul W.S Anderson, était foutrement poche, même dans le temps. Le 2e était meilleur, c’est tout dire.

La suite de sa carrière, j’avoue qu’à part Janis et John en 2003, j’ai vu zéro de lui. Rien pantoute. Et toujours en parcourant sa filmo, plein de titres me sont complètement inconnus.

* * * *

Tout ça pour dire que, malgré ta carrière atypique et tes (nombreux) films obscurs, je te trouve sympa, Chris Lamberte. Et que je continuerai de porter ton nom avec fierté. Même si t’es p-e naze.

Savez-vous quoi ? Je le verrais bien tourner un film québécois, notre beau Lambert. Plusieurs de ses confrères-consoeurs l’ont fait dans les dernières années ; Jean-Hugues Anglade (Bordeline), Laurent Lucas (Maman est chez le coiffeur, etc.), Jeanne Moreau (Roméo et Juliette, même si elle a effacé ce film de son CV au Liquid Paper), Pierre Richard et Sandrine Kimberlain (Le bonheur de Pierre), Bernard-Pierre Donnadieu (Caboose)…J’en oublie, probablement.

Envoye Lambert, viens dont jouer dans mon film…

Pas encore de commentaire.

Dans le ventre du dragon

Jean-Nic Labrie

Parce que le ciné c'est aussi Marcel Leboeuf, Christophe Lambert, Jeff Goldblum et Yahoo Serious.

À propos de Jean-Nic Labrie

RUBRIQUES