BangBang : bangbangblog.com

Dans le ventre du dragon

Je n’aimerais pas être le proprio d’un club vidéo aujourd’hui…

Jean-Nic Labrie
16 mars 2011

Ça tombe comme des mouches par les temps qui courent. Uniquement dans Chlaga, y’en a deux qui viennent tout juste de fermer leurs portes. En plein milieu du Plateau, c’est un important franchisé qui a décidé d’en finir.

C’est malheureusement la triste réalité : en cette ère de la Vidéo sur demande, du téléchargement, du visionnement de films directement en ligne et du prix fort abordable du DVD, l’avenir des vidéo-clubs n’a jamais semblé aussi précaire.

Je ne vous apprends rien aujourd’hui, c’est bien évident. Mais quand j’ai su que c’était la fin pour le Vidéo 20/20 de la rue Hochelaga en face de la caserne de pompiers du métro Joliette, et pour le Super Club Vidéo 2000 (encore sur Hochelaga) collé sur le Pro-Gym, ça m’a fait un drôle de feeling. Même chose pour le Blockbuster coin St-Denis et Mont-Royal.

Je ne fréquentais pas ces clubs, pour vous dire la vérité. J’habite dans Hochelaga depuis près de 10 ans, et jamais je n’ai loué de films-là. Sélection trop ordinaire, disons. Ou je ne sais pas trop quoi. Blockbuster ? Encore moins.

Des films, il m’arrive encore d’en louer, à l’occasion. Mais c’est de plus en plus rare. Je préfère les acheter, les collectionner. Et non pas les accumuler…

* * * *

Ça commence à faire pas mal de clubs qui ferment, depuis les 24 derniers mois. L’Entrepôt du DVD, qui avait des succursales dans le Village et sur Duluth, a cessé. Même chose pour La Boîte Noire, dans le Vieux-Montréal, et le MovieLand de la Place du Parc.

Phos, Marché Clandestin, Sukubus…même les endroits de répertoire n’y peuvent rien on dirait.

Et tous les autres de quartier, plus petits, indépendants, que je ne connais pas.

On peut même remonter jusqu’aux salles de cinéma, qui fondent comme gadoue sale au soleil depuis 10 ans à Montréal. Le Parisien (j’y ai travaillé pendant 4 ans), Le Versailles, le Berri, le Loews, le Palace, l’Égyptien, le Eaton, l’Ex-Centris…et les autres que j’oublie.

Bref, des lieux de diffusion ciné sur le territoire montréalais, y’en a presque plus.

Je ne me lancerai pas dans une grande analyse pour tenter d’expliquer le phénomène. De toute façon, c’est un couperet qui ne concerne pas uniquement le cinéma. «Les disquaires, les libraires…C’est difficile pour plusieurs domaines», me raconte Julie Brisson, co-propriétaire du Septième. «J’imagine que c’est comme pour de la musique, tu t’habitues à ne plus payer pour tes films».

Si l’on s’obstine cependant à y voir le bon côté de la médaille, dites-vous que lorsqu’un club vidéo ferme, c’est le temps d’y faire une razzia et de renflouer sa collection, à des coûts souvent dérisoires…

C’est au moins ça !

* Jean-Nic Labrie sur Twitter

4 commentaires
  • Kristof G.
    16 mars 2011

    Triste constat, indeed.

  • Geneviève
    16 mars 2011

    Il faut juste pas que le 7e ferme…

  • PA
    18 mars 2011

    Avec le répertoire qu’ont maintenant la plupart des SuperClubs Videotron, la Boîte Noire risque de fermer aussi. Personnellement, je me suis désinscrit lorsque les prix sont passés de 11$ à 13$ pour 3 films/3 jours. SuperClub Videotron = 10$ par mois pour autant de films classique que tu veux, quand tu veux.

    Oui, je sais, Videotron, c’est Videotron, mais bon le choix est là, et c’est quand même Quebecor qui a mis en branle le projet Elephant. Tsé.

    Bref, va falloir que la Boîte Noire ait d’autres arguments que lieu culte/institution/films de répertoires. Preuve que ça ne roule pas trop: l’inscription est désormais gratuite.

  • Le King du Matelas II
    24 mars 2011

    Je ne sais pas si le « franchisé au coeur du Plateau » auquel vous référez est le Blockbuster sur St-Denis/Mont-Royal. Si tel est le cas, je dois préciser qu’il ne s’agit pas d’un franchisé – il n’y a aucun franchisé BBV au Canada à ma connaissance – mais d’un magasin dépendant directement du siège social de Toronto — et vu le montant mensuel du loyer à payer, il s’agit d’une sage décision :-/

Dans le ventre du dragon

Jean-Nic Labrie

Parce que le ciné c'est aussi Marcel Leboeuf, Christophe Lambert, Jeff Goldblum et Yahoo Serious.

À propos de Jean-Nic Labrie

RUBRIQUES